DOCUMENTS PDF

disponibles sur demande: La Seigneurie de Jarnieux par Paul de Varax, La monographie sur Jarnioux par Henri Genevrier, La Prébende de J...

24 octobre 2013

l'église de Jarnioux, les vitraux, thématique, le choeur

   La construction de l'église débuta en 1888, elle fut consacrée le 16 septembre 1889 par le cardinal Foulon, primat des Gaules. Imposante par sa hauteur, elle est entièrement bâtie en pierre dorée.
   L'église est dédiée à Saint Etienne. La nef est soutenue par 10 piliers ornés de chapiteaux sculptés, son chemin de croix est remarquable, ses vitraux très lumineux sont l'œuvre de Augustin Thiéry, maître verrier Lyonnais.
 
   Les vitraux du chœur sont les plus grands, ils sont au nombre de trois avec de gauche à droite :
 
 
Saint Etienne
Diacre et martyr
 
 
 
    Etienne apparaît pour la première fois dans les Actes des apôtres. Il appartient à la jeune communauté chrétienne. C'est un juif parlant grec (helléniste) qui s'est converti. Son nom "Stéphanos" signifie le couronné" (il existe d'autres interprétations). Suite à un conflit dans la communauté, les apôtres décident de désigner sept disciples chargée du service des tables, mais aussi de la parole. Ce seront les premiers diacres. Etienne est le premier d'entre eux.
    Erudit, il participe à une confrontation à la synagogue des "affranchis". Arrêté, il est conduit devant le sanhédrin où il est accusé de quatre blasphèmes : contre Dieu, contre Moïse, contre la Loi, contre le Temple.
    Il se défend et réfute ces quatre accusations. Il est finalement conduit sur une place et lapidé en présence d'un certain Saül (Paul).
    Il est représenté vêtu de la dalmatique des diacres, portant la palme du martyre et dans l'autre main des nourritures pour les pauvres.
  
 Etienne dans sa mission au service des pauvres.




Etienne choisi par St Pierre sous l'action du St Esprit,
représenté par une colombe, pour être diacre.
 
 
 
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
 
 
La crucifixion du Christ
 
 

 

    "Il prirent donc Jésus avec eux. Et portant lui-même sa croix, il se dirigea vers le lieu dit du crâne ( en hébreu Golgotha). Là ils le crucifièrent, ainsi que deux autres avec lui, un de chaque côté et Jésus au milieu. Pilate avait aussi rédigé un écriteau qu'il fit placer au-dessus de la croix. Il portait ces mots : Jésus de Nazareth, le roi des juifs."
                                                                            évangile de Jean XIX-17,18.
 
 
 
 

    Le Christ au Jardin des Oliviers
      "Père, si tu le veux, éloigne de moi ce calice, cependant que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse mais la tienne".
     Alors lui apparut un ange du ciel qui le réconfortait. ( Luc XXII, 42-43)
 
 
 
Après la descente de croix
     La vierge est représentée en "mater dolorosa" pleurant son enfant qu'elle tient sur ses genoux.



 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
 
 
Saint Augustin
 
 
     Augustin est né à Thagaste en Numidie (actuellement Souk Ahras en Algérie) en 354. Son père était citoyen romain païen et sa mère Monique était chrétienne.
     Sa jeunesse qu'il décrit dans son œuvre " Les Confessions" est plutôt agitée et dissolue. Il fait des études à Carthage où il rencontre la femme (dont on ne connait pas le nom) avec laquelle il vivra 15 ans et qui lui donnera un fils Adéodat.
    Il se convertit au manichéisme et revient à Thagaste où il enseigne la grammaire. Il retourne à Carthage, puis passe par Rome et arrive à Milan où il abandonne sa compagne et le manichéisme pour se convertir au christianisme. Il est baptisé par Ambroise de Milan à Pâques 387.
    Malgré son désir de vie contemplative, il se rend à Hippone (Annaha en Algérie) où il est ordonné prêtre, puis évêque en 395.
    Il meurt à Hippone en 430.
    Saint Augustin a écrit sur de nombreux domaines touchant à la foi. Il a été déclaré "Docteur de l'Eglise".
 

 
 Saint Augustin et sa mère Sainte Dominique
 
 La cène (le dernier repas du Christ avant sa passion)
 
Sur la nappe, une phrase:
loin d'ici médisants dont la langue coupante
déchire l'honneur des absents
        A qui s'adresse cette phrase?
 
 
 
                                                texte et photos de Jean Barbier 
 
  Vous pouvez également voir: 
       Les vitraux à l'est